blog from the dead

Misfits : le Gang, numéro quatre

In Sur les écrans on 1 novembre 2012 at 19:50

Par Quentin, qui travaille gratis les jours fériés.

Dimanche 28 octobre 2012, la chaine britannique E4 débutait la quatrième saison de Misfits. Souvenez-vous, c’est cette très fameuse série qui laisse partir ses meilleurs acteurs comme des tartes aux myrtilles pendant une kermesse en banlieue de Limoge. Vous êtes nostalgiques de l’ère Nathan ? Vous n’aimez pas les nouvelles têtes ? Vous êtes quelqu’un capable de faire preuve d’une mauvaise foi digne d’un réceptionniste de chez Pôle Emploi ? Alors cette petite présentation en forme de publicité déguisée est faite pour vous.

Les autres, lisez quand même.

Super-héros mon cul !

Déjà l’an dernier, le départ de Robert Sheehan (Nathan) avait suscité des émotions à travers le monde télévisuel. Joe Gilgun prenant sa place, la série n’en avait été que plus belle et édulcorée. Du moins, au début. L’entrée en matière m’avait particulièrement fait frétiller. Tant mieux pour les producteurs d’ailleurs, car même eux, sans doute, savent que le premier épisode d’une saison est celui qu’il ne faut pas rater. Moins de frétillement pour la suite de la saison 3, mais je le concède, je suis quelqu’un de difficile (à vivre).

Des gens pleurant le départ de 80% des acteurs de Misfits.

La saison troisième donc, mêlant amourettes aseptisées et intrigues sanglantes, s’était caractérisée par une longue série d’incohérences et de failles narratives. Qu’à cela ne tienne, on ne reprend pas les mêmes et on recommence !

Il bon, il est très bon.

Simon et Alisha (Iwan Rheon et Antonia Thomas) coincés dans leur boucle temporelle et Kelly partie jouer les « rocket scientist » ailleurs (en vérité, l’actrice Lauren Sosha doit gérer des démêlés judiciaires faisant suite à une légère altercation qu’elle aurait eu avec un chauffeur de taxi), le gang de Misfits se réduit à notre sprinter favori (Nathan Stewart-Jarrett), notre dealer un peu incongru (Matthew McNulty) et notre schizophrène adoré (Joseph Gilgun).

Seth, Rudy et Curtis

Qui c’est donc qui arrive ?

Nathan McMullen, alias Finn. Un jeune gourgandin qui pourrait, selon sa première apparition, se placer à mi-chemin entre la timidité réservée de Simon et la décadence prévisible de Nathan. Ses précédentes prestations sont relativement inconnues de ce côté-ci de la Manche. Cela n’enlève rien à ses qualités, sans doute. Sa faculté de super-héros est très semblable à une précédemment vue dans Charmed : déplacer de manière ridicule des objets par la pensée. On aurait peut-être aimé un truc plus orignal, non ?

Finn

Karla Crome, alias Jess. Une demoiselle fort charmante, même quand elle se fâche… . Et surtout quand elle se fâche d’ailleurs. Ce qui arrive, visiblement, assez souvent. Aussi à l’affiche de la série Hit&Miss où elle joue un rôle secondaire, Karla Crome est, comme son coreligionnaire susnommé plus tôt, plutôt débutante dans la boite à troubadour. Même topo pour son côté « cool-power » : voir à travers les murs, franchement, on avait déjà vu.

Jess

Matt Stokoe enfin, alias Alex. Déjà vu dans des grosses et moyennes productions (Les Borgias, Last tango in Halifax), il n’apparaîtra que dès le quatrième épisode. Grand mystère sur lui donc.

Alex

Un p’tit mot sur l’épisode 1 quand même

Bon. Mais pas aussi bon que les débuts des saisons d’avant.

C’est très facile, j’en suis conscient, de jouer la carte du « c’était vachement mieux avant ». Misfits a cette particularité d’être surprenante et décevante à la fois. Les réalisateurs ont su garder un esprit de béton noirci et de rock british qui fait mouche à chaque fois, mais l’intrigue manque de punch et d’un brin d’originalité.

Ceci étant, le scénario du premier épisode, très américain sur l’ambiance voire même proche d’une réalisation à la Quentin Tarantino, tient la route comme il faut. Du sang, du graveleux et des grimaces sur fond d’accent anglais prononcé : Misfits est de retour, et compte bien se ré-imposer sur le marché. Peut-être. Probablement. Bon, c’est même pas sûr m’enfin, on verra bien.

Misfits est-elle coincée dans un congélateur ? Vous le saurez en regardant le prochain épisode dimanche 4 novembre. Oui, j’ai décidé de travailler sur le suspense. Ça marche bien. Merci d’avoir lu Le p’tit zombie bande de filous !

Publicités

C'est ici qu'on commente

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :