blog from the dead

Scarlet

In Lectures on 23 février 2012 at 22:11

Par Captain Flemme, en direct de Neopolis (si seulement…)

Bonjour à tous, mes fringants amis !

Comme en ce moment le contexte dans lequel je me trouve est favorable à la publication d’articles sur des comics. Je continue sur ma lancée avec une courte présentation d’une excellente petite chose parue ce mois-ci dans nos tant chéris rayonnages. Ça se nomme Scarlet, c’est donc paru en février chez Panini en relié et c’est carrément de la petite pépite.

 

Cette image qui fait également la couverture de ce premier tome (ce n’est pas un one-shot) est l’oeuvre du dessinateur du dedans, à savoir Alex Maleev. Au scénario, on retrouve Brian Michael Bendis, le mustang de chez Marvel, celui qui pond vingt cinq séries par an (au bas mot). Je vais revenir là-dessus tout de suite, après une courte pause imagée.

Une Equipe de choc !

Pour ceux qui ne le sauraient pas, Brian M. Bendis, c’est un monstre dans l’univers des comics de ces deux dernières décennies. Voici un bref rappel des séries majeures (je dois faire un tri, ce n’est pas exhaustif) sur lesquelles il a été scénariste :
– Sam and Twitch : l’histoire de deux flics dans le milieu très sombre de l’univers de Spawn. Numéro 1 à 19 (soit la totalité).
Ultimate Spider-man : dépoussiérage de l’enfance du Tisseur dans un contexte plus contemporain et surtout dans un univers moins touffu. Très bonne série quand on commence les comics.
Daredevil : je tiens de source sûre qu’il s’agit de l’un des meilleurs arcs de l’Homme sans peur (entre 2002 et 2006). Au dessin, on retrouve d’ailleurs Alex Maleev (avec qui il avait déjà collaboré sur les 5 derniers Sam and Twitch).
Secret War : l’une de mes premières lectures, et sans doute l’une de celle que j’ai préféré (ne serait-ce que par le sublime dessin de Gabriele dell’Otto) .
– Il est aux commandes des Avengers depuis 2004, et je n’ai pas à me plaindre de la qualité de ces séries (ils sont parus en France sous le même titre en gros reliés, et ça déboîte bien).
– Ensuite c’est un peu la fête, vu qu’il est l’architecte principal de House of M, le premier (me semble-t-il) des gros event Marvel (entendez par là une méga histoire qui concerne tout l’univers et le fait changer de façon radicale). Extrêmement inventive et bien trouvée (et avec un super dessin français d’Olivier Coipel).

Précisons au passage qu’il est déjà titulaire de 5 Eisner Awards.

Du côté du dessinateur, la liste est moins longue puisqu’en majorité, il a travaillé avec Bendis (et donc je l’ai déjà mentionné), et essentiellement sur des one-shot ou des mini-séries. Pour ainsi dire je ne découvre Alex Maleev qu’avec cette série, même si à la réflexion, j’ai du déjà voir des choses dessinées par ses soins.

Ainsi, aux Etats-Unis, la série a démarré en 2010. Elle a été publiée chez Marvel, mais dans un label indépendant à eux, Icon. Ceci la libère donc de toutes les contraintes de l’univers super-héroïque, évite également à la série d’être enfermée dans des schémas obligatoire de création. Si vous préférez, en étant chez Icon, Bendis peut plus ou moins faire ce qu’il veut, et ça, c’est cool !

Alors du coup, quand on m’annonce ça, … bah je suis content. Et quand je vois la couverture (voir ci-dessus), c’est encore mieux ! Mais je sens que vous voulez en savoir plus et surtout que vous voulez un petit pitch (bande de coquinous). La suite, après l’image !

Alors, Scarlet, de quoi ça parle ?

Vous l’aurez tous remarqué, Scarlet est une jeune fille rousse. Originaire de Portland et sans histoire, sa vie va basculer et elle va se rebeller contre le système corrompu qui l’entoure et aller jusqu’à demander une révolution.

Les thèmes abordés sont, je trouve, intéressants : rebellion contre l’ordre établi, le pouvoir aux mains des « 99 % ». Certes, quand la série commença, nous étions en 2010, mais comment ne pas y voir un reflet de notre propre situation.
Comment ne pas sourire en voyant aussi la réponse proposée à la question de la corruption des élites et de la police : Qui custodiet ipsos custodes ? (grossièrement : qui garde les gardes ?). Question que posait déjà Alan Moore dans l’excellent Watchmen.
Ici, cependant point n’est question de super-héros ou de pouvoirs, hormis celui du peuple.

Les acteurs parmi vous connaissent le concept du quatrième mur. A l’origine terme théâtral, cela signifie que l’on sépare les comédiens du public. Les acteurs devaient faire comme s’ils n’avaient pas conscience du public. Jouer sur la présence ou l’absence de celui-ci est d’ailleurs devenu courant (les monologues dans certaines pièces classiques). Bien plus récemment, dans le cinéma, on a des exemples où l’acteur brise le quatrième mur, et à travers la caméra, s’adresse au spectateur, comme dans Lord of War. On retient également l’excellent exemple de la série Malcolm. Toutefois, en bande-dessinée, le quatrième mur n’est que très rarement rompu. Là, Bendis prend le parti de rompre totalement ce mur en pleine scène, puisque le personnage se balade dans la rue, vaque à ses occupations, tout en nous parlant et en nous regardant. Et je trouve ce concept vachement bien et intéressant.

Le dessin donne d’ailleurs un cachet assez prenant à l’histoire. Les traits foncés sont d’ailleurs très bien rendus par l’encrage de chez Panini (on a de la chance). Maleev fait ici un excellent boulot, et ses personnages marqués apportent beaucoup à la narration.

Je ne vous spoile pas plus le contenu, mais il n’empêche que c’est une bande-dessinée de qualité. De plus, il s’agit d’une bande-dessinée d’auteur, hors de l’univers Marvel, et la série ne va sans doute pas durer extrêmement longtemps, vous n’aurez donc pas trop de numéros à acheter.

Pour résumer :

– ça vaut le coup

– c’est bien

– c’est beau

– ce n’est pas une marque d’électro-ménager

Voilou ! A bientôt pour de nouvelles aventures extraordinaires !

Publicités
  1. Moi z’aussi c’est un coup de coeur.

  2. T’as acheté ? Tu prêtes ? ^^
    La couverture du #4 déchire !

  3. Je peux te le prêter, pour éviter d’utiliser celui d’un collectionneur !

  4. Bha peu d’importe d’où qu’il m’est prêté du moment que je le lis :)
    Battez-vous, mais surtout prêtez-le moi ^^

C'est ici qu'on commente

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :