blog from the dead

De l’approximation historique.

In Université Le P'tit Zombie on 3 novembre 2011 at 22:51

Par CaptainFlemme, d’humeur massacrante.

Depuis un petit moment maintenant, on nous raconte des choses que l’on nous vend comme « historiques ». Alors autant des fois, cela peut passer, autant il y a des fois où cela donne envie de se taper la tête contre les murs.

Je reviendrai ici sur un propos tenu par un grand homme que vous connaissez tous, et qui a à peu près le même sens de l’Histoire que Max Gallo. Il raconta il y a une semaine,

« Quand vous regardez la série récente là, les… les Borgia là, on voit que le concert des nations du monde… au XVIe siècle, c’était quatre cinq pays ; ça se discutait entre l’Italie, l’Espagne, euh… l’Allemagne, euh euh l’Angleterre, la France ! Aujourd’hui nous sommes au XXIe siècle, tous les pays veulent leur part du progrès. »

Alors voilà, ce n’est certes pas le point le plus intéressant des 2h30 de discussion avec les deux journalistes, mais il n’empêche que cela est assez choquant… Alors cela ne parle sans doute pas à nombre de gens, mais ce discours tenu là me pose deux gros problèmes.

D’une part, se baser sur une série télé, qui est clairement diffusée pour montrer une famille de libidineux dégénérés à la tête de l’Eglise romaine, montre bien la culture de notre grand ami (qui, je tiens à le rappeler, avait dit dans une interview que l’homosexualité était contenue dans les gênes). Il ne nous cite pas un grand historien, il ne cite pas un argument d’autorité, il cite une série télévisée ! (Qui en plus ne vaut pas son homologue américaine). A quand le discours sur la démocratie en Grêce à partir de 300 ?

D’autre part, le contenu du propos hérisse le poil, car il me rappelle des choses assez mauvaises… Pour expliquer, il réduit le monde du XVe siècle à cinq pays. Première chose, au XVe siècle, ni l’Allemagne, ni l’Italie ne sont des entités existantes. Ce sont, pour ceux qui l’ignorent, un conglomérat de républiques et de cités, de duchés, de principautés, … Deuxième problème, le mot « nation », qui est un anachronisme monstre, qui ne renvoie absolument pas aux termes et concepts employés par les contemporains. Troisième problème, le f*ckin’ européocentrisme qui ressort de cette phrase. Réduire le monde à l’Europe occidentale au XVIe siècle, cela veut dire nier l’existence de l’Empire Ottoman (qui, pour information, progressa jusqu’à Vienne et y mit le siège), du Monomotapa en Afrique, des Moghols en Inde, du shogunat japonais, de la dynastie Ming en Chine, des Empires Atzèques, et Inca, qui, même s’ils s’effondrent, ont quand même un rôle important. Le Monde au XVIe siècle n’est pas le verger de quelques européens, il n’y a qu’à voir l’Estado de India portugais (qu’il oublie de mentionner par ailleurs) ! En fait, cette phrase donne clairement l’impression d’une avance et même d’une omnipotence européenne, qui ne fait que corroborer des discours de colonisation : avant il n’y avait rien, nous sommes arrivés, on a fait évoluer le monde et maintenant les gens veulent des choses.

Je vais m’arrêter là avant de devenir trop complexe. Seulement, je finirai sur une chose. Depuis quelques années, l’Histoire globale évolue. Il y a quelques semaines (du 13 au 16 octobre), eurent lieu les Rendez-Vous de l’Histoire de Blois sur le thème de l’Orient, et on a pu voir que les théories européocentristes étaient battues en brèche au profit d’une Histoire à parts égales.

Si vous avez du temps et de la volonté, sur ce sujet, vous pouvez lire :

– Romain Bertrand, l’Histoire à parts égales, Seuil, Paris, 2011.

– Bouda Etemad, De l’Utilité des empires, Armand Colin, Paris, 2005.

– les oeuvres de Sanjay Subramanhyam (traduites en français, comme l’Empire Portugais d’Asie).

Je ne puis que finir par dire : That is just the beginning. Je continuerai de vous embêter avec de l’Histoire un autre jour.

Edit : Je n’ai pas la science infuse, et les historiens ne sont sans doute pas les plus gros « roxxors » du monde, il n’empêche que l’Histoire est une science, et que l’on ne peut pas dire n’importe quoi n’importe comment.

Publicités
  1. Y’a un paragraphe, le gros, là au milieu, qu’est bon, vraiment. Intéressant et tout. Je connaissais pas plein de choses que tu cites. Mais tu te laisses aller à dire vraiment des conneries dans le reste.

    Ca : « D’une part, se baser sur une série télé, qui est clairement diffusée pour montrer une famille de libidineux dégénérés à la tête de l’Eglise romaine, montre bien la culture de notre grand ami (qui, je tiens à le rappeler, avait dit dans une interview que l’homosexualité était contenue dans les gênes). Il ne nous cite pas un grand historien, il ne cite pas un argument d’autorité, il cite une série télévisée ! (Qui en plus ne vaut pas son homologue américaine). A quand le discours sur la démocratie en Grêce à partir de 300 ? »

    et ça : « Je vais m’arrêter là avant de devenir trop complexe. Seulement, je finirai sur une chose. Depuis quelques années, l’Histoire globale évolue. Il y a quelques semaines (du 13 au 16 octobre), eurent lieu les Rendez-Vous de l’Histoire de Blois sur le thème de l’Orient, et on a pu voir que les théories européocentristes étaient battues en brèche au profit d’une Histoire à parts égales. »

    • est-ce que tu pourrai expliquer ta pensée ?
      Parce que je suis plutôt d’accord avec le CaptainFlemme : on ne peut pas se baser sur une série TV pour argumenter & la World History est bien là, présente, dans la recherche historique.

    • A vrai dire, je vais ajouter comme Noémie ; que me reproches-tu dans les paragraphes que tu cites ? A fortiori, je peux comprends qu’idéologiquement tu sois contre le premier paragraphe que tu cites, mais alors, dans le deuxième, je ne vois pas réellement ce que tu as à reprocher.

  2. Il fait ça pour faire un clash (stupide ce garçon).
    Antoine : quand on est président, on dit des choses justes car tu représentes la France, la culture et les gens qui ont voté pour toi. Là, il a voulu dire « hé les mecs, je suis comme vous, je regarde une série populaire. Je suis cool ».
    Il a raté. Il passe pour un boloss, qui ne connait pas cette période là de l’Histoire.

    • Certes, il est Président de tous les Français, et par là, il est élu par eux. Et il va plus loin que de dire « hé les mecs, je suis comme vous, je regarde une série populaire. Je suis cool « . Il se sert de ceci pour étayer une théorie : l’Europe n’est plus la seule à diriger le monde. Donc du coup, il passe pour « un boloss » pour avoir envoyé une théorie européocentriste, à partir de quelque chose d’absolument pas valable comme base d’argument.

C'est ici qu'on commente

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :